Sète - Musée Paul Valéry

Retour à  la carte des villes - Carte de Sète Ouest - Carte de Sète Est

This content requires HTML5/CSS3, WebGL, or Adobe Flash Player Version 9 or higher.
Musée Paul Valéry - Voir un panoramique de l'intérieur
148 Rue François Desnoyer - 34200 Sète
Tél : +33 (0)4 99 04 76 16 - Fax : +33 (0)4 67 74 40 79
GPS : 43°23'44.11"N - 3°41'27.89"E - Plan d'accès


Le musée est fermé les 1er janvier, 1er mai, 1er novembre et 25 décembre

LE MUSÉE

Le musée Paul Valéry a rouvert ses portes le 18 juin 2010 après plusieurs mois de travaux. Un réaménagement muséographique a permis une redistribution des espaces, une extension des salles ouvertes au public et une nouvelle présentation de ses collections.

Le Musée Paul Valéry réunit environ 4000 œuvres. Aux collections Beaux-Arts, qui comptent plus de 700 peintures et plus d’un millier de dessins, viennent s’ajouter deux fonds spécifiques : le fonds Paul Valéry et une collection d’Arts et Traditions populaires.
LIRE L'ARTICLE COMPLET

LES COLLECTIONS

Essentiellement composée d’œuvres du XIXe siècle à nos jours, la collection de peintures comporte un ensemble d’œuvres classiques, académiques et orientalistes (Storck, Cabanel, Carrier-Belleuse, Lefebvre, Sylvestre…) tandis que le réalisme est notamment représenté par une Mer calme à Palavas de Courbet. Elle témoigne surtout de l’intérêt porté à l’île singulière par de nombreux artistes (Jongkind, Mols, Hintz, Troncy, Marquet, ou bien encore les Sétois Aristide Chapuzot et Toussaint Roussy), qui en donnèrent de multiples représentations et se firent parfois l’écho des événements historiques locaux.
LIRE L'ARTICLE COMPLET
François Boisrond - Une rétrospective

25 juin – 06 novembre 2022

Depuis ses débuts comme acteur de la « figuration libre », François Boisrond voit la peinture à la fois comme un élan vital vers le monde et une longue initiation.
Le musée Paul Valéry invite du 25 juin au 6 novembre 2022 à parcourir 40 années de l’œuvre d’un artiste considéré comme ayant apporté une contribution majeure au regain de la peinture en France depuis les années 1980.
116 tableaux qui reflètent la production de François Boisrond s’organisent autour de 6 temps forts. De la figuration libre jusqu’aux toute dernières toiles, encore inconnues du public, plusieurs constantes se dessinent dans l’œuvre de François Boisrond : le besoin vital de parler de soi par la peinture ainsi que la conviction qu’elle est une longue initiation pour le peintre et qu’elle doit s’inscrire dans la vie.

1979-1987 - DÉPART EN FIGURES LIBRES
François Boisrond (né en 1959) entre à l’Ecole des Arts Décoratifs en 1977, dans la section vidéo et film d’animation, comme Hervé Di Rosa, avec qui il se lie d’amitié. Avec Remi Blanchard, Robert Combas et son ami, il devient en 1981 l’un des initiateurs de la figuration libre. Ce retour expressionniste à la peinture naît en réaction à l’art conceptuel et à l’art minimal des années 1970, hostile aux images.
François Boisrond donne à ses œuvres une grande force expressive et bouscule les hiérarchies installées. Il peint sur toile, mais aussi sur toute sorte de supports de fortune, bâche, carton ou encore papier journal, à l’acrylique ou bien avec des couleurs industrielles. Ses premières œuvres révèlent un don unique pour styliser la forme. Il mêle sans hiérarchie des emprunts faits aux beaux-arts et aux arts appliqués, à l’art brut, à l’affiche, à la BD, au Pop Art ou à la télévision. Fils du réalisateur Michel Boisrond et d’Annette Wademant , scénariste de Max OPHÜLS, François Boisrond emprunte également au cinéma : comme des photogrammes juxtaposés, l’image se décompose en zones, qui entretiennent entre elles des correspondances d’ordre poétique.
Dans un contexte d’hostilité à l’égard de la représentation figurée, François Boisrond affirme à l’inverse avec énergie son attachement inconditionnel aux images, même les plus modestes. Il signifie avant tout que peindre revient pour lui à engager sa vie.

En savoir plus

La nouvelle salle Paul Valéry

Pour célébrer le 150e anniversaire de la naissance de Paul Valéry (1871-1945), outre le cycle de films vidéo autour de sa vie et de son oeuvre diffusés sur YouTube, le musée a souhaité rénover et réaménager la salle Paul Valéry. Un nouvel accrochage y est proposé, le public pourra découvrir les dernières acquisitions, dont un portrait (2021) de Paul Valéry par Vincent Bioulès. Pour Vincent Bioulès, la figure de Valéry ne peut se dissocier de la beauté des vers du Cimetière marin, qu’il connaît par coeur et depuis longtemps. Aussi ne faut-il pas envisager pour le titre constitué par deux décasyllabes extraits du poème - « À ce point pur je monte et m'accoutume, / Tout entouré de mon regard marin » - une fonction illustrative, mais une relation de correspondance poétique.


Donation Salah Stétié

 L’importante donation récemment consentie au Musée, réunit 70 œuvres - peintures, dessins, photographies ou encore sculptures -, 14 manuscrits et 187 livres réalisés en collaboration avec des artistes. Une sélection représentative de cet ensemble sera désormais exposée en alternance dans le parcours des collections. Par son étendue et sa variété – 88 artistes sont représentés –, la donation révèle sur plus de 50 ans les variations et les constantes du goût d’un poète pour qui la relation aux autres arts a été une dimension essentielle de la vie et de la création. Le Musée Paul Valéry prolonge ainsi jusque dans ses collections le dialogue qui s’est nouée avec le poète depuis l’exposition « Salah Stétié et les peintres » en 2012-2013.

Né en 1928 au Liban, Salah Stétié est à la fois un acteur engagé dans l’histoire et un poète capital de la modernité, auteur d’une œuvre littéraire en français considérable. Successivement journaliste et critique, il a représenté son pays comme ambassadeur au Maroc ou encore auprès de l’UNESCO. Salah Stétié a toujours été dans ses fonctions officielles un homme de dialogue, œuvrant pour la paix au milieu des malheurs traversés par sa terre natale. Il a été particulièrement attentif à révéler comme à interroger les liens qui unissent ou rapprochent les cultures, les croyances et les identités.

Homme des deux rives de la Méditerranée, Salah Stétié est aussi un passeur entre Orient et Occident, « un poète arabe écrivant en français » (Adonis). Son œuvre est toute entière imprégnée par la double culture qui est la sienne, l’une orientale et méditerranéenne, l’autre française et occidentale. Lié d’amitié aux grandes voix de la poésie du XXe siècle (Georges Schehadé, Adonis, en Orient ; René Char, Pierre Jean Jouve ou encore Yves Bonnefoy, en Occident). Comme Léopold Sédar Senghor, Salah Stétié est convaincu que la civilisation de demain se fonde sur le métissage. Il est également, à l’instar de Paul Valéry, l’une de ces consciences qui croient en l’esprit et à la réalité de son rôle dans le monde comme dans l’expérience humaine.



En savoir plus (Pdf 1,2Mo)



L'exposition précédente

L'exposition à venir

Tarifs, jours et horaires de visite, informations pratiques

Visite commentée : Jours et horaires, se renseigner au 04 99 04 76 16

Contacter le musée par courriel

Le site Internet du musée

Plan d'accès >>>
Afficher le Musée sur une carte plus grande